Un témoignage de réussite inspirant

Transformation Julie F
Publié dans : Réussite
Aucun commentaire

C’est souvent lorsqu’on s’en attend le moins qu’on reçoit de belles surprises…

Cette semaine, j’ai reçu ce texte de la part d’une de nos participantes. Avec son accord, je vous partage son histoire inspirante, car je suis persuadée que son témoignage vous inspirera également.

Janvier, mois des résolutions

«Julie, quelle est ta résolution pour la nouvelle année?» Chaque année, en réponse à cette question, je me fixais un objectif (prendre plus de temps pour moi, faire de l’exercice, écrire une fierté par jour, etc.) sans vraiment être décidée, ce qui faisait que mes belles résolutions de la nouvelle année ne tenaient même pas la route jusqu’à la fin janvier. Il y a des années où je n’ai carrément pas pris de résolution, sachant que je ne les tiendrais pas. Vous aussi, j’en suis certaine.

J’avais des douleurs aux jambes (jambes lourdes, picotements intenses et sensation de chaleur dans les jambes dès que je marchais plus d’une minute) depuis quelques années. Les gens me disaient d’aller consulter un phlébologue…Je vivais avec un trouble anxieux généralisé. Le médecin n’arrêtait pas d’augmenter ma dose de médicament parce que je n’arrivais pas à cesser de me sentir en état de panique pour rien (Et oui, ma tête avait beau me dire que c’était ridicule, mon corps ne comprenait rien à rien ! ). Plus les doses augmentaient, plus je me sentais fatiguée. Je devais faire ma sieste tous les jours avant le souper, sinon je n’étais pas fonctionnelle. J’avais aussi un léger surplus de poids. Bref, j’étais rendue à un point où j’étais VRAIMENT mal dans ma peau et dans ma tête. Chaque fois que je voyais le médecin, il me disait de faire de l’activité physique. «Ben oui! Je n’ai pas le temps! Je travaille à temps plein, j’ai 3 enfants et quand j’arrive chez-moi, je n’ai plus d’énergie! J’ai juste le goût de me coucher et de tout sacrer là! Comment tu veux que je me mette à faire de l’exercice….Pff!»

En janvier 2016, j’ai senti en-dedans le moi le réel désir de changer les choses. À l’approche de la quarantaine, je ne pouvais plus continuer comme ça. Plus les années allaient se suivre, plus la vieillesse allait aggraver ma condition. Comme je suis une fille qui ne fait rien à moitié, j’ai décidé de m’inscrire chez Espace Fitness 4 fois par semaine. J’ai choisi des cours en fonction de mon horaire, de mes intérêts et de mes capacités, avec l’idée unique de bouger, sans m’imposer aucun régime.

Mon entourage trouvait que c’était pas mal trop intense. Les paris étaient ouverts sur le nombre de semaines que j’allais tenir. On m’encourageait même à ralentir au lieu de continuer! Je me souviens de mon premier cours de Zumba avec Nathalie. Après la première demie heure, j’ai regardé l’heure avec découragement. Je n’en pouvais déjà plus…. Je peux vous dire que j’ai tellement forcé pour finir le cours, qu’une fois rendue à la maison, j’ai été malade et j’ai ressenti une forte douleur dans les poumons toute la nuit. Après mon premier cours de Yoga, je suis revenue à la maison encore avec une sensation de grande pesanteur dans les poumons parce que j’avais trop respiré et non, je n’avais pas de problème d’asthme ou cardiovasculaire. J’étais juste vraiment rouillée ! 15 ans sans exercice, ça se paye il faut croire… Lors de mon premier « burpee » dans le cours de Zumba Toning avec Sonya, j’ai senti une déchirure dans mon ventre. J’en ai pleuré tout la nuit. Mon dieu que j’avais peur des « burpees » par la suite ! Chaque fois que je sautais, je faisais pipi dans mes culottes (Et oui ! Ça arrive !), la honte…. Je me rappelle avoir dit à mon chum à la fin du 2e mois: «Quand est-ce que je vais arrêter d’avoir mal partout? Est-ce que c’est ça faire du sport?»

Malgré tout, j’ai tenu bon (souvent par orgueil il faut se le dire) afin de ne pas donner raison aux gens qui me disaient que j’en faisais trop. Quoi de pire que de se faire dire: «Je te l’avais dit…». Pas question! Mon mari a été et il est toujours un ange d’accepter mes sorties tous les soirs de semaine ! J’ai également été très bien accompagnée par l’équipe d’Espace Fitness (et je le suis encore). Chaque instructrice m’a encouragée à me dépasser, selon mon niveau. Les progrès sur le plan de l’endurance se sont fait sentir peu à peu, au fil des mois. Lentement, j’ai naturellement changé mes habitudes alimentaires (Un «chop» de porc avant l’entrainement, ce n’est pas «winner», je l’ai appris!). Dans mon corps, je me suis mise à me sentir de mieux en mieux et dans ma tête aussi. L’entrainement est devenu peu à peu un mode de vie et non une obligation. J’ai lentement cessé la médication que je prenais pour traiter mon trouble anxieux depuis plusieurs années. J’ai commencé à avoir plus confiance en moi, à prendre des risques en allant danser à l’avant au Zumba avec Sonya, à moins me comparer aux autres et à moins m’angoisser par rapport à ce qu’ils peuvent penser de moi. Je fabulais souvent, c’est fou!

Bref, je me retrouve 1 an plus tard, je me revois entrer chez Winner pour m’acheter mon petit kit d’entraînement, pleine d’espoir face aux changements à venir, mais craintive, sachant que ce ne sera pas toujours de tout repos. Je repense à cela et mon dieu que j’ai fait du chemin! Je ne prends plus de médication, je vis encore avec mon trouble anxieux, mais je suis capable de le gérer grâce au sport, j’ai de l’énergie, je n’ai plus mal aux jambes, je ne fais plus pipi dans mes culottes (La recette miracle : le Pilates, mais je mets encore un protège-dessous par peur…comme plusieurs autres filles qui n’osent pas le dire), j’aime m’entrainer, j’ai perdu 30 livres et je me suis construit des muscles que je n’ai JAMAIS EU AVANT!! J’ai même entraîné dans mon sillon plusieurs personnes de mon entourage qui vont maintenant régulièrement faire de l’exercice chez Espace Fitness (ma mère, ma belle-mère, des collègues et des amies) ainsi que mon chum qui s’autodiscipline maintenant pour s’entrainer régulièrement .

Je peux désormais dire à mon médecin que sa suggestion n’était pas si farfelue, que c’est possible d’intégrer l’activité physique dans sa vie, qu’il suffit de choisir son entraiment selon ses goûts (si on n’aime pas ce qu’on fait, c’est perdu d’avance) et selon son horaire. Il y a plein d’options de nos jours. Je peux dire également que suis fière de moi, que je suis capable de dire que je m’aime! J’ai fait un virage à 360 degrés et je ne le regrette aucunement ! J’ai tenu ma résolution de 2016 et en janvier 2017, je prends la résolution de poursuivre sur cette lancée avec l’équipe de Espace Fitness qui est remarquable.

Et vous, qu’elle sera votre résolution pour 2017!
Julie Francoeur

Ce témoignane vous inspire? N’hésitez pas à partager vos commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

X