La petite histoire de la marche

blog-marche-nordique
Publié dans : Être actif
Aucun commentaire

Printemps 2015

«Allô! Cath ? Tu fais quoi ce soir ?»

– J’m’en vais faire de la marche nordique!

« Hein ? Tu fais de la marche nordique l’été maintenant ?

– T’es spéciale toi Cath: tu pleurs tout l’hiver pour que l’été arrive et quand l’été est arrivé, tu commences ta marche nordique! Tu n’as jamais aimé l’hiver, franchement! Eeeh la la!» soupirent mes amis qui n’en reviennent pas encore.

Fan des caraïbes, de salsa, j’essaie comme tout le monde d’apprivoiser les flocons de neige et d’accepter le Québec tel qu’il est : «Mon pays ce n’est pas un pays c’est…» Ça! Mon sport favori étant le vélo, j’ai même tenté de remplacer cette activité physique quotidienne par le vélo d’hiver pour me consoler (je ne pleurais pas pour vrai, mais quand tu roules vraiment vite et qu’il fait vraiment froid, tes yeux coulent tout seuls). Toutefois, depuis que j’ai obtenu mon permis de conduire, j’ai cessé de me prendre pour un chien Husky, il y a toujours bien des limites à essayer d’aimer l’hiver!

Ensuite, on dégèle tranquillement. Youpi! Enfin ! Tout est plus facile l’été : jogging, vélo, patin à roues alignées, pique-nique…puis l’hiver revient. ENCORE (Rrrrrr!) Je ne me posais plus la question : j’allais au gym, louais un chalet, et allais au resto. Notre réalité climatique et urbaine (croisement entre Kuujjuaq et New-York) fait en sorte que peu d’activités physiques extérieures quotidiennes sont abordables l’hiver, autre que le gym et les cours en salle. À moins d’habiter en face d’une montagne, tu n’iras quand même pas faire du ski après la job, et revenir pour 18h30 faire le souper, 3 fois par semaine! Impossible!

Nota Bene: Déneiger son char n’est pas une activité quotidienne en soit. C’est l’obligation la plus répandue au Québec, voir au Canada (personne n’est épargné, il n’y pas de rabais sur la pelletée de neige non plus).

«Deeemain l’hiver, je m’en fou, je m’en vais dans le sud au soleieieieil! Me baigner dans la meeeer. Et je penserai à vous en plantant mes…» orteils dans le sable doux. -Robert Charlebois « Demain l’hiver »

Plantant mes bâtons de marche nordique pour la première fois sur la gravelle printanière, j’étais propulsée. Wow! Quelle sensation ! Eh bien oui, je marchais «nordiquement». Je n’ai malheureusement pas connu ce sport avant le printemps 2015. Bon, bon, bon, déjà mes amis se moquent de moi: «De la marche Cath, tu capotes! Énerve-toi pas avec ça! Ta grand-mère faisait juste ça des marches, pis elle n’est jamais devenue en forme pour autant. Ton père faisait une tite marche après le souper pour digérer…marcher c’est juste marcher là !». En plus, ils ont raison avec la marche traditionnelle mais attention : pas avec la marche nordique!: JE CAPOTE! Enfin un entrainement extérieur 4 saisons qui permet d’engager 90 % de toute ma masse musculaire.

Après mon initiation en marche nordique, j’avais compris que mon corps avait besoin de ça. En revanche, j’ai eu mal «partououout» suite à mon premier cours avec Espace Fitness! Et pourtant, je m’entrainais au gym, à l’escalade, au jogging, vélo, Zumba, tralala…mais ici j’insiste sur le «engager 90 % de toute ta masse musculaire». Ça c’est payant! Il n’est pas question ici d’une tite marche avec grand-môman (ma grand-mère n’a même pas 90% de muscles en passant), ni de digérer son souper, je te parle d’atteindre le même niveau de pulsation cardiaque qu’en jogging ou en vélo.

Ci-dessous: En rouge, tous les muscles de mon corps qui avait un ressenti(ment) le lendemain de mon premier cours de marche nordique. «Et ne t’inquiète pas, les instructeurs de marche nordique d’Espace Fitness se chargeront de faire rougir les zones grises avec des exercices complémentaire!»

 

En auto, en métro ou en vélo, des bâtons de marche nordique c’est léger à transporter. Des shorts, ou un pantalon thermal, des bottillons ou des chaussures, en manches courtes ou en imperméable: il n’y a pas de mauvaise température pour la marche nordique ! J’adore ce sport ! Bien équipé pour marcher, tous les jours sont profitables.

De plus, contrairement aux sports praticables l’été seulement, je n’ai plus besoin de m’acharner au printemps pour pouvoir retrouver l’aisance que j’avais la saison antérieure. Par exemple, le vélo et le patin à roues alignées : tu te remets dans le beat en mai, de juin à septembre tu progresses, puis tu les mets au garde-robe d’octobre à mai. Il FAUT continuer de pratiquer ses sports saisonniers, c’est important (on a le sentiment d’habiter en Miami quelques semaines au moins). Mais, ce que j’aime le plus de la marche nordique, c’est que je peux continuer de progresser TOUTE L’ANNÉE, car ce n’est pas un sport saisonnier. Et peu importe où tu iras en voyage, tu peux aussi emporter tes bâtons (il existe des bâtons rétractables pour faciliter les déplacements en transports).

 

Image: crédit NWA nordic walking association

La marche nordique, c’est pour qui ? C’est pour les gens de tout âge qui souhaitent se mettre en forme, optimiser sa condition physique ou mentale ou retourner à l’entrainement (même ma grand-mère!).

Viens-tu prendre une tite marche avec moi chez Espace Fitness?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

X