Vernis semi-permanents et entrainement

vernis orteils et sport
Publié dans : Pleine santé
Aucun commentaire

La coquetterie des pieds et le sport.

Je me présente, Sophie Léveillé, infirmière en soins des pieds depuis 12 ans maintenant. Votre entraîneure Sonya m’a donnée cette belle opportunité de pouvoir vous informer sur les dangers et les précautions à prendre concernant les vernis et vernis semi-permanents au niveau des ongles d’orteils.

Quoi de plus jolie que des ongles d’orteils bien taillés, avec la couleur de vernis parfaite et tendance pour nous donner le moral! On aime ça, hein, les filles? Mais cette petite coquetterie peut tourner au cauchemar rapidement.

Cette année, les vernis semi-permanents (de type Shellac), ceux que l’on fixe pour 2-3 semaines avec une lampe UV, ont grandi en popularité. Le principe est tout à fait génial, je vous l’accorde. Toutefois, je vais vous partager ce que je vis en consultation.

Regardons ce que fait le vernis semi-permanent à nos ongles. Le principe de ce vernis est de fixer, sous une lampe UV, la couleur en 3-4 couches. Jusqu’à présent, il n’y a rien de bien compliqué. Voilà que l’on commence à voir apparaître une douleur aux ongles et qu’on remarque que nos ongles s’arrachent littéralement de leur lit. Et croyez-moi, ce phénomène, je le vois en clinique régulièrement !

Regardons cela de plus près. Imaginons une feuille de papier. Elle sera flexible à la manipulation. Appliquons-lui 3 à 4 couches de peinture et laissons-la bien sécher. Qu’arrive-t-il à cette feuille ? Elle devient courbée, fragile et risque de de briser au moindre faux pas! Voilà ce qui se produit sur vos ongles. L’ongle a besoin de flexibilité, surtout pour vous, les sportives! Vos ongles ont besoin de suivre le mouvement de l’orteil et d’éviter les chocs. Avec le vernis semi-permanent, ils sont emprisonnés, durcis, bombés et très fragilisés surtout à l’intérieur d’un soulier fermé!

Alors commence la douleur qui, souvent, devient atroce. Ce que l’on voit le plus souvent est l’apparition de l’ongle incarné…

 

Ainsi que le décollement de l’ongle sur sa plaque…

Nous sommes loin du résultat espéré selon moi!

Je ne dis pas de ne jamais appliquer de vernis semi-permanent. Il est seulement important de bien choisir le moment où l’on utilise ce type de vernis selon nos activités ainsi que de bien choisir sa manucuriste et pédicuriste, au même titre que vous prenez le temps d’aller consulter des professionnels pour choisir vos chaussures de sport. Assurez-vous qu’elle connaît vos activités sportives, qu’elle utilise des instruments stérilisés et des produits approuvés par Santé Canada. Sachez qu’il existe des professionnelles qui sauront vous guider dans les bons choix à faire, afin d’éviter les désagréments ! Un ongle décollé de sa plaque risque de ne jamais reprendre sa forme ou de se recoller. Ce dommage risque d’être permanent.

Optez pour un vernis ordinaire pour votre super sortie et enlevez-le régulièrement pour faire une pause. L’ongle doit être hydraté. J’utilise une huile d’amande douce de marque CND qui a des propriétés hydratantes et réparatrices. Vous devez bien nettoyer vos ongles (on peut utiliser une huile ou un savon de Lavandes). La lavande a des propriétés antiseptiques. N’oubliez surtout pas de bien assécher entre les orteils !

Ce fut un plaisir de partager ces conseils avec vous. Bon entraînement !

Sophie Léveillé, Infirmière en soin de pied.
450-654-1073 ou 514-895-7546 cell.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

X